L’accouchement est un événement considérable dans la vie d’une femme, et ce moment charnière suscite bon nombre d’angoisses et d’interrogations. Afin de vivre au mieux cette transition qui débouchera sur l’arrivée du nouveau-né au sein de la famille, il existe une règle d’or : se préparer. La préparation à un accouchement permet à la future mère de se placer dans les meilleures dispositions, tant physiquement que psychologiquement, afin de vivre ce moment de la façon la plus sereine qui soit, et les méthodes pour y parvenir sont légion.

La préparation à un accouchement : conception et définition

Il n’est pas aisé de définir de façon restrictive la préparation à un accouchement tant les méthodes pour ce faire sont multiples. De manière générale, on retiendra que l’ensemble des méthodes de préparation à un accouchement constituent des techniques visant à placer la future mère dans des conditions idéales en vue du grand événement, que ce soit physiquement, mentalement, et même parfois spirituellement. Sur le plan du soutien des femmes par l’État dans le cadre d’une préparation à l’accouchement, il est important de savoir que certaines de ces méthodes sont remboursées par la sécurité sociale, à hauteur de huit séances.

Les principales méthodes de préparation à l’accouchement :

La méthode conventionnelle avec une sage-femme

Dispensés par une sage-femme, les cours de préparation classiques arborent deux facettes : une partie visant à appréhender par la connaissance tous les changements physiologiques inhérents à la grossesse, et une phase pratique, fondée sur la gym douce, au cours de laquelle la future mère développe des techniques de respiration et de contraction visant à minimiser la douleur lors de l’accouchement. La sage-femme peut également présenter l’ensemble des soins inhérents au fait de s’occuper d’un nouveau-né : nettoyer le cordon, changement de couche, comment bien prendre la température… ainsi qu’à l’allaitement maternel : comment démarrer, les complications éventuelles…

La gymnastique aquatique

L’aquagym, littéralement « gymnastique dans l’eau », présente un triple intérêt : elle constitue une méthode éprouvée de préparation à un accouchement, et elle permet à la future maman de conserver une activité physique durant sa grossesse. Enfin, elle lui offre des « moments suspendus » de confort appréciables durant lesquels elle oublie la difficulté à se mouvoir grâce à l’immersion dans l’élément liquide, en particulier durant les derniers mois.

Le yoga comme préparation à l’accouchement

Au registre des préparations physiques figure également le yoga, qui conjugue effort corporel et méditation. Cette pratique ancestrale indienne, très appréciée dans nos sociétés de nos jours, est centrée sur les étirements, les exercices de respiration et sur la volonté de retrouver harmonie et équilibre entre corps et esprit. Une façon de continuer à pratiquer un peu de sport tout en trouvant une sérénité mentale salutaire en vue de l’accouchement.

La méthode Bonapace

Originaire du Canada, cette méthode de préparation à l’accouchement repose sur 3 grands piliers : l’implication du conjoint, la gestion de la respiration, et la pratique de massages, sur des points stratégiques du corps de la femme. Cette méthode est souvent choisie dans le cadre d’un souhait d’accouchement naturel (c’est à dire, sans péridurale), mais elle n’y est pas exclusivement réservée. Aussi, elle nécessite une préparation solide pour maîtriser les zones de massages en amont du jour J. N’hésitez pas à lire notre article dédié à cette méthode.

L’acupuncture

L’acupuncture est un art médical chinois très ancien qui consiste en une stimulation des terminaisons nerveuses au moyen d’objets très fins, généralement des aiguilles. Cette technique est censée agir à de multiples niveaux, aussi en tant que méthode de préparation à l’accouchement, elle peut être très appréciée, notamment pour sa capacité à calmer les douleurs, les nausées, et le stress.

La sophrologie

La douleur induite par l’accouchement est au centre des angoisses ressenties par de nombreuses futures mères, aussi la gestion de celle-ci est un sujet fondamental. Parmi les diverses techniques permettant de gérer efficacement la douleur, la sophrologie figure en bonne place. Fondée sur des exercices de concentration, de respiration, et des exercices mentaux de conscience de soi, elle doit théoriquement permettre à la future maman de savoir dominer la souffrance le jour J.

Le massage du périnée

Purement physique, le massage du périnée est une méthode de préparation à l’accouchement qui répond directement à l’angoisse première de nombreuses mères : la peur de la souffrance, et que le corps ne « tienne pas le choc ». Par massage dispensé par autrui ou autoadministré, la zone du périnée est renforcée, tonifiée, et prête à encaisser le « traumatisme » du passage sans dommage. Outre son intérêt physique, cette méthode aide psychologiquement la future mère à retrouver confiance, avec l’idée que si le corps est prêt, l’esprit l’est aussi.

L’accompagnement par une doula

Une personne qui, au-delà du mari, des amis, de la sage-femme et des médecins, accompagne la femme enceinte durant toute la grossesse : voilà ce qu’est une doula. Référente absolue pour la future mère, elle assure un soutien de tous les instants, et peut intervenir à différents niveaux, tant du point des vue des besoins de la femme enceinte qu’en tant qu’interlocutrice privilégiée et médiatrice des parents en cas de conflit ou d’incompréhension sur les conduites à tenir. L’intérêt principal du recours à une doula, c’est incontestablement le soutien moral, et le confort d’avoir à disposition une personne entièrement dédiée à sa grossesse. Pour en savoir plus sur le métier de doula, lisez notre article dédié !

Le chant prénatal

Davantage porté sur la relation avec l’enfant en plein développement, le chant prénatal propose une approche plus spirituelle et émotionnelle. Il consiste en des séries de vocalises que la mère va commencer à pratiquer dès que l’enfant est en mesure de capter les sons. Outre le fait que le chant permet à la future mère de faire travailler bon nombre de muscles sollicités durant l’accouchement, il permet également d’établir très tôt un lien spécifique avec l’enfant par l’intermédiaire du son. Pour en savoir plus, consultez notre article sur les méthodes de gestion de la douleur.

L’haptonomie

Également concentrée sur la création du lien avec l’enfant à naître, l’haptonomie a essentiellement vocation à placer les futurs parents, par le toucher, dans les meilleures dispositions psychologiques et émotionnelles afin d’accueillir le nouveau membre de la famille. Dès que l’enfant commence à bouger, mère et père touchent le ventre de la maman, et ce afin de symboliquement « prendre contact » avec lui. Une manière douce de faire connaissance avec cet être en devenir. Si la communication avec votre bébé in-utero vous attire, consultez notre article dédié.

En conclusion…

Les méthodes de préparation à un accouchement sont donc multiples, et chacune devrait pouvoir trouver le type de technique qui lui ressemble. Par ailleurs, il est toujours possible, et même recommandé dans certains cas, de mixer des méthodes complémentaires (l’une portée sur la préparation physique, et une autre à l’approche davantage mentale par exemple). Quoi qu’il en soit, en matière de préparation à l’accouchement, quelle que soit votre conception de prédilection, il existe un seul fondamental : vous faire accompagner.