Vous le savez, ou pas encore, mais il existe de nombreuses manières de se préparer à l’accouchement. Vous êtes attirée par l’idée d’un accouchement naturel, physiologique, avec une méthode de préparation efficace et complète ? La méthode Bonapace est faite pour vous. En plus de vous entraîner à gérer la douleur, cette méthode non pharmacologique permet d’appréhender l’événement de l’accouchement de manière plus globale. En impliquant beaucoup le partenaire, elle permet une belle connexion dans le couple, mais également un démarrage de lien fort père-enfant. Zoom sur la méthode Bonapace et ses principes.

La théorie fondamentale de la méthode Bonapace

En 1965, deux chercheurs canadiens ont démontré que le phénomène de douleur était très complexe et qu’il impliquait non seulement une sensation de douleur locale, sensorielle, mais que le système cognitif et affectif avaient également une grande importance. Ainsi, le premier pilier de la méthode Bonapace est l’implication du partenaire dans la préparation et le moment de l’accouchement.

En parallèle, le Docteur Le Bars a déployé la thèse selon laquelle la stimulation et le massage de certains « points gâchettes » dans le corps permettraient de relâcher des endorphines et donc de lutter contre les douleurs importantes de la grossesse et de l’accouchement. Attention, on ne parle pas d’un massage relaxant comme dans notre SPA préféré : ces points sont des points douloureux, mais qui stimulés par le massage permettent de procurer une sensation de bien être et de calmer la douleur.

C’est donc à partir de ces deux théories liées que les principes de Bonapace tiennent leur fondement.

A lire aussi : Préparation à l’accouchement : apprendre à gérer la douleur

Une méthode pour impliquer le papa et renforcer les liens affectifs

En amont des théories médicales, physiques, des “techniques” à proprement parler, l’un des piliers fondamentaux de la méthode Bonapace est l’implication du partenaire. Nombreux sont ces papas qu’on entend dire qu’ils se sentent inutiles pendant l’accouchement, et qui souffrent eux mêmes de voir leur partenaire subir ses contractions. Avec cette méthode, les papas vivent intensément l’accouchement puisqu’ils y participent. Ils jouent un rôle primordial aux côtés des futures mamans, qui peuvent métaphoriquement déléguer un peu de leur douleur. Cette forte implication permet de renforcer les liens qui unissent les deux parties du couple, ce qui peut parfois s’avérer utile lors d’une grossesse ou d’un post-partum difficile.

Si le couple est monoparental, la mère peut demander à une personne de confiance qui l’accompagne de la masser. Les bénéfices seront également très grands.

Le jour J : la mise en pratique

La mise en pratique de la méthode Bonapace repose sur trois techniques :

  • Première technique : la gestion de la respiration. Rassurée par la présence du père, et par une bonne préparation préliminaire à cet événement tant attendu qu’est l’accouchement, la mère est invitée à concentrer son attention sur sa respiration. Détourner son attention de la douleur est le premier pilier de la méthode Bonapace.
  • Seconde technique : le massage indolore sur les zones de douleur afin de bloquer au maximum la transmission du message de douleur vers le système nerveux : une simple caresse, en effleurement, un massage du bout des doigts ou juste un souffle sur la zone douloureuse suffit à envoyer un message de décontraction au cerveau.
  • Troisième technique : la stimulation douloureuses sur d’autres zones du corps nommées trigger points. Ces zones sensibles correspondent à des points d’acupuncture. Cette technique est un moyen de stimuler davantage la production des endorphines naturellement. Ces pressions permettent également d’augmenter l’efficacité des contractions et d’aider le bébé à sortir.

Des outils pour accompagner la méthode

Afin d’être installée de la meilleure façon possible pour accueillir les contraction et libérer la zones à masser, il est possible d’utiliser une chaise de massage. En effet, comme la plupart des points gâchette se situent dans le dos, plus précisément au niveau du bassin et du coccyx, utiliser une chaise de massage peut être un véritable soulagement. Si elle n’est pas obligatoire pour pratiquer l’approche Bonapace, elle peut pourtant s’avérer être un vrai plus. Elle permet à la femme enceinte de s’appuyer vers l’avant en s’inclinant et de dégager ainsi la zone du dos. Cette position aide également à diminuer la pression et le poids du bébé sur les organes, ce qui est déjà un soulagement physique pour celle-ci.
Demandez à votre maternité si elle est équipée !

Pour en savoir plus sur la méthode Bonapace et vous lancer, nous vous recommandons le site référent : https://www.bonapace.com/fr/, qui propose des cours en ligne pour se former en couple ainsi qu’un programme de coaching.