La DME, vous en avez déjà probablement entendu parler. DME pour Diversification Menée par l’Enfant. C’est une méthode très à la mode depuis quelques années. Elle propose à l’enfant de découvrir les aliments par le goût, mais aussi par le toucher, sous forme solide et non en purée. Très controversée, cette méthode de diversification a de nombreux avantages, mais également de nombreux points d’attention. Découvrez les et faites vous votre propre opinion !

La DME : c’est quoi ?

Ca y est, votre bébé a grandi, il est temps de lui faire découvrir autre chose que le lait. C’est le moment de mettre en place la diversification alimentaire. Vous avez bien sûr la méthode traditionnelle : des purées et des compotes, bien lisses, à la petite cuillère. Mais depuis quelques années, la Diversification Menée par l’Enfant fait des émules.

A lire aussi : La diversification alimentaire de bébé en 10 questions

Le principe est simple : on propose des aliments en morceaux, bien cuits pour qu’ils soient mous, et c’est l’enfant lui-même qui les met à la bouche. Pas de cuillère, il prend ses aliments à pleine main. Il va avoir du mal au départ à les attraper, mais ce n’est pas grave. Laissez-le faire. Il va toucher les légumes, découvrir leur texture, et tout naturellement les porter à la bouche. Et ne soyez pas surpris(e) : un bébé en DME va moins manger qu’un enfant en diversification alimentaire traditionnelle. Il compensera en buvant un peu plus de lait au départ. Mais ce sont aussi des enfants qui, plus tard, arrivent plus facilement à reconnaître l’effet de satiété.

Comment procéder pour mettre en place la DME ?

D’abord, le plus important, il faut attendre que votre enfant tienne bien assis tout seul. Il va manger des petits morceaux, la position assise est donc très importante. Deuxième chose importante : restez à côté et surveillez toujours votre enfant.

Par quoi commencer ?

Commencez par lui proposer des légumes qu’il peut facilement attraper, comme le brocoli par exemple. Ou bien des carottes coupées en gros bâtonnets. Tant qu’il n’a pas de dents, les aliments doivent être assez mous pour être écrasés par les gencives. Vous pouvez ainsi lui donner des fruits mûrs (banane, poire, abricot…), mais aussi de l’avocat mûr, du potiron, des haricots verts… et même des pâtes. Vous élargirez ensuite, au fur et à mesure qu’il grandit, à des morceaux de viande (agneau, bœuf haché), du pain (grignoter un quignon de pain est l’idéal pour permettre aux incisives de percer la gencive), des biscuits.

Laissez votre bébé manger tout seul

Même si vous en avez très envie, n’aidez pas votre bébé. Il doit découvrir par lui-même les aliments qu’il a devant lui. Au départ, c’est sûr, il va en mettre de partout. S’il n’a pas très envie de goûter, vous pouvez prendre un morceau et le mettre dans votre bouche. Il vous imitera. S’il recrache un aliment, ce n’est pas grave, vous le lui proposerez de nouveau dans quelques jours. Il ne finit pas son assiette : n’en faites pas tout un plat, ce n’est que le début. Il met un trop gros morceau à la bouche ? De lui-même, il le recrachera et en prendra un plus petit. Vous pouvez aussi lui en enlever une partie de la bouche, en lui expliquant ce que vous faîtes. Mais ayez confiance en votre enfant. Petit à petit, tout se mettra en place.

La DME : avantages et inconvénients

Un futur gourmet

Dans la DME, on ne propose pas de mélange, l’enfant mange légume par légume. Il découvre donc le goût de chacun. Il l’a d’abord touché, il a un peu joué avec, il a vu que certains pouvaient s’écraser, d’autres sont totalement lisses ou un peu rugueux. Il en connaît la texture, la couleur, et bien sûr le goût. Il prend le temps de manger, il est concentré sur son assiette. Que de bonnes habitudes ! Il apprend l’autonomie, la satiété, à aimer ou ne pas aimer un aliment.

N’est-ce pas dangereux ?

C’est la question que tout jeune parent se pose : si je lui donne des morceaux, mon bébé ne risque-t-il pas de faire une fausse route ? Alors oui, le risque existe. C’est pourquoi la DME ne doit s’effectuer que sous la surveillance d’un adulte, et dans un environnement calme. Mais les jeunes enfants ont un instinct vomitif plus prononcé que celui des adultes. En cas de problème, il va mettre l’aliment en début de bouche ou le recracher.

Bébé joue plus qu’il ne mange

Autre question souvent posée : va-t-il assez manger ? Au départ, la réponse est non. Les premiers jours, la plupart des bébés ne vont quasiment rien avaler. C’est normal, vous lui proposez quelque chose de nouveau, il faut lui laisser le temps de la découverte. Ensuite, comme il doit “mâcher” les aliments et non pas juste avaler, le repas va durer plus longtemps. Au bout d’un moment, bébé est fatigué et n’a plus envie de manger. Mais à cet âge-là, il suffit de compléter en donnant un peu plus de lait pour qu’il est tous ses apports journaliers.

La DME, c’est salissant !

Dernier inconvénient : les repas sont plus longs mais aussi plus salissants. Forcément, il va y avoir de la nourriture par terre, il en aura un peu partout sur lui, et sur sa chaise. Pour remédier à cela, vous pouvez :

  • utiliser une assiette à ventouses, ce qui évitera qu’elle ne vole dans la pièce si bébé n’aime pas ou s’énerve
  • mettre les aliments directement sur la tablette de sa chaise haute
  • installer une nappe par terre. À la fin du repas, il suffira d’aller la secouer dehors et de la laver

La diversification menée par l’enfant permet à bébé de découvrir pleinement les aliments. C’est ainsi que son palais sera éduqué aux différents goûts et textures. Mais il faut du temps, de la patience et ne pas avoir peur. Vous n’êtes pas encore totalement prêt(e)s ? Rien ne vous empêche d’alterner entre purées, compotes, et morceaux. Le plus important, c’est que votre enfant goûte de tout, qu’il apprenne à découvrir de nouvelles saveurs, qu’il puisse savoir ce qu’il aime ou pas. L’éducation alimentaire doit être un moment de plaisir, pour lui comme pour vous, peut importe la méthode choisie.

Envie d’en savoir plus ? Nous vous recommandons le site de référence sur la DME : https://bebemangeseul.com/.